Depuis janvier 2003, tous les propriétaires de piscines sont obligés de sécuriser leurs piscines. En cas de non-respect des obligations liées à la sécurité des piscines, les propriétaires encourent une peine d’amende pouvant aller jusqu’à 45 000 €.  Quatre dispositifs sont à leur disposition : barrière de protection, alarme immersion, alarme périmétrique ou bâche de sécurité. Quel que soit votre choix, tous ces équipements doivent être conformes à la norme NF P90-306.

  • Barrière de protection :

L’objectif de ce dispositif est de rendre impossible l’accès au bassin aux enfants non accompagnés d’un adulte et ainsi, éviter les accidents (photo modèle de la marque PSE).

Faciles à installer et peu onéreux, ces garde-corps sont déclinés en différents matériaux (fer, bois, verre) et finitions. Installée de manière pérenne, la clôture de piscine est sans doute le dispositif de protection le plus sécurisant. C’est le matériel le plus utilisé dans les piscines collectives (motels, campings).

  • Alarme immersion :

Ce dispositif a l’avantage d’être discret et abordable. L’alarme immersion se compose d’un boitier fixé sur le bord de la piscine et d’une sonde placée sous la surface de l’eau qui analyse les ondes de l’eau (modèle Précisio de Maytronics). L’alarme ne réagit qu’en cas de mouvements « inhabituels », comme une chute. Inconvénients de ce dispositif : l’alarme ne sonne qu’après l’incident.

Très sensible, elle peut aussi se déclencher de manières inopportunes, en cas de vent violent par exemple.

  • Alarme périmétrique :

Ce dispositif fonctionne grâce à des capteurs infrarouge installés à chaque extrémité du bassin. Ces capteurs forment une sorte de barrière de protection invisible autour de la piscine. L’alarme se déclenche dès que quelqu’un franchit le périmètre.

  • Bâche :